Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

Le meilleur du monde

L'agriculture - le meilleur du monde - Agrimom

« Maman ? »

J’entends de petits pas qui s’approchent de la cuisine, où je m’affaire à préparer, en vitesse, un repas pour toute la marmaille affamée.

« Maman ?... Est-ce que ce soir je pourrais venir à l’étable avec toi ? »

C’est une jolie blonde, les yeux pleins d’espoir, qui me fait sa demande maintenant quasi quotidienne.

À ma réponse positive, j’ai droit au plus gros des câlins, suivi d’un «OUAIS!! SUPER!! Merci maman!!»

Pas de temps à perdre; le souper est englouti plus rapidement qu’il n’en faut pour le servir au reste de la famille, et à peine ai-je le temps de m’asseoir, que ma grande de maintenant 5 ans se tient debout, près des escaliers, à attendre qu’ENFIN je sois prête moi aussi à partir pour la traite du soir.

Dès l’entrée dans l’étable, elle salue son grand-père et lui dit qu’elle s’en va s’occuper de SA petite taure pour l’expo. Pour l’heure suivante, je ne la verrai que de temps à autre, alors qu’elle viendra nous raconter les différentes péripéties de SES chats, SON chien ou bien SON petit cheval… Jusqu’à ce qu’on donne le lait aux veaux, parce que là, ça, c’est SON travail…

Ça, et donner le foin aux taures dans les logettes… Gare à celui qui oubliera de lui laisser le foin à répartir aux 12 génisses dans les parcs ! La préparation des génisses pour l’expo est aussi une activité attendue avec impatience pratiquement toute l’année, et apprivoiser les « bébés mars » devient une activité presque quotidienne dès leur naissance, en plus d’exiger son droit de veto pour le choix de leur nom…

L'agriculture le meilleur du monde | vie à la ferme | Agrimom

L’été, elle attend avec hâte les journées de foin pour aller souper en tracteur avec son grand-papa, avant de venir faire la traite avec moi ensuite. Au moins une fois par mois, elle me demande de la mesurer pour voir si elle est maintenant assez grande pour faire la traite, elle aussi. Une fois par semaine, elle demande quand elle pourra rester à la maison pour travailler à l’étable avec moi plutôt que d’aller passer quelques heures quotidiennement à la garderie.

L’agriculture, ma belle blonde y a déjà plongé, tête première… Je dis parfois qu’on a dû l’échapper dedans quand elle était petite… Du haut de ses cinq ans, elle réclame déjà ses tâches, nous accompagnant à l’étable «pas pour jouer là, pour travailler comme les grands!» Parce qu’après tout, à cinq ans, on est déjà bien plus grand que sa sœur de trois ans et son frère de 21 mois!

Je n’en doutais déjà pas…mais à regarder ma grande fille prendre sa place dans notre mode de vie, j’en ai maintenant la certitude; le monde agricole est, et de loin, le meilleur pour y élever une jeune famille, malgré les contraintes d’horaires, de température et les sacrifices qu’il nous impose parfois.

Parce qu’après tout, «on est si chanceux nous, d’en avoir plein, des animaux et des champs!»

 agriculture plus que jamais 

Tradition et moment présent

L’entreprenariat agricole au Québec