Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

Faire du bon vin au Québec, est-ce possible ?

Faire du bon vin au Québec, est-ce possible ? Voilà la première question que nous nous sommes posés lorsque nous avons eu l’idée de créer notre vignoble à Varennes, il y a un peu moins de 10 ans. La réponse à cette question est certainement «oui», et les possibilités sont beaucoup plus grandes qu’on aurait pu le croire à cette époque. Voici donc un petit résumé de notre aventure dans le monde du vin jusqu’à présent.

Faire du bon vin au Québec, est-ce possible ? #agrimom

L’idée d’un vignoble à Varennes vient de ma mère, qui, suite à un congrès de médecine en France en 2006, est tombée en amour avec les champs de vignes. Fille d’agriculteur, la terre lui était bien connue. D’ailleurs, nos parents avaient décidé au milieu des années 80 d’acquérir la ferme et d’y élever leur famille. Quelques jours après son retour d’Europe, elle tombe sur un article de journal dans lequel le journaliste traite du vin québécois et de l’avenir prometteur de cette industrie. Le projet était lancé. En 2007, après avoir préparé la première parcelle, nous avons planté nos premières vignes, soit des plants de Frontenac noir, Ste-Croix, Lucy Kulhmann et Sabrevois. Nous poursuivrons en 2008 en ajoutant également les cépages Frontenac Gris, St-Pépin et Vandal Cliche. Nous avions alors plus de 7000 plants. Ces cépages sont tous des cépages rustiques ou semi-rustiques, c’est-à-dire des variétés de vignes résistantes au froid de l’hiver et également plus résistantes aux maladies de la vigne. Il en existe plusieurs autres. Les vignobles québécois sont principalement constitués de vignes rustiques et semi-rustiques. Nous avons donc commencé à vinifier nos premières cuvées en 2010. Nous avons alors engagé des oenologues afin de nous superviser dans l’élaboration de ces premiers vins. Le Domaine du fleuve était donc né !

En 2011 et 2012, nous avons décidé de pousser un peu plus loin nos recherches et de mettre en terre des cépages vinifieras. C’est ainsi que les vignes de Chardonnay, Cabernet franc, Pinot noir, Pinot gris, Gewurztraminer et Riesling feront leur apparition dans le paysage varennois. Nous avions alors l’espoir qu’un ou deux de ces cépages performent à Varennes. Ces vignes, contrairement aux vignes rustiques, sont beaucoup moins résistantes au froid et doivent donc être couvertes d’un géotextile durant l’hiver afin d’être protégées. Avec maintenant quelques hivers de passés, notamment deux hivers particulièrement froids (2014 et 2015, les deux derniers), nous avons été agréablement surpris de constater que non seulement ces vignes résistent bien à l’hiver, mais également qu’elles produisent des fruits avec des rendements de grappe par plant plus qu’acceptables…

Un vignoble au Québec - Louis Thomas Vigneron - Agrimom.ca

Voilà donc pourquoi je disais en introduction que les possibilités en viticulture au Québec semblent beaucoup plus grandes que ce que nous croyions au départ. Aujourd’hui, nous avons actuellement environ 13 000 ceps et nous poursuivrons nos plantations au cours des prochaines années. Nous faisons actuellement des tests sur d’autres cépages : Marquette (rustique), Gamay et Merlot et ce, toujours dans le désir de produire des vins de la plus grande qualité possible. Je sens que la viticulture au Québec n’a pas fini de nous surprendre !

Louis Thomas | Vigneron

Mais...pourquoi?

Le nouveau perron d’église