Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

Douceurs d’automne

L’Halloween est derrière nous, la frénésie de Noël n’est pas encore arrivée. On est au début du mois de novembre et Environnement Canada nous annonce un été indien; en effet, il fait présentement 11o dehors. J’aime l’automne, surtout lorsqu’il est doux et clément comme cette année. J’aime cette période où tranquillement on se prépare à rentrer dans nos « tanières » pour l’hiver. Il est vrai que les journées raccourcissent et que c’est plus difficile pour le moral, mais il me semble qu’au contraire, lorsque le soleil sort, la lumière d’automne fait tellement de bien. Il ne fait pas encore froid, il n’y a plus de chaleur accablante, juste une belle douceur sur les joues.

douceur d'automne - agrimom

À la ferme, les pâturages deviennent ras, on commence à soigner les balles de foin aux animaux, la petite routine de l’hiver s’installe. On prépare le site d’hibernation, là où les vaches passeront l’hiver. D’ici quelques semaines on va entreprendre le sevrage des veaux, ce qui est une période intense et risquée. Les veaux et leurs mères étant séparés pour de bon, ils sont en manque l’un de l’autre. Les veaux n’ayant plus accès au lait maternel, ils sont plus stressés et courent un risque accru de développer des maladies. Il faut être vigilant, nous ne voulons pas perdre d’animaux à ce moment. Durant les premiers mois de l’année, nous pourrons vendre notre cuvée 2015 et une bonne partie de notre paie sera réalisée pour l’année!    

À la maison, on range le BBQ et on sort la mijoteuse. On débute une période où la vie va moins vite, en apparence du moins, on prend plus de temps pour cuisiner, on fait des bouillis, des mijotés, du pain, on dirait qu’on prend le temps vivre après la folie du travail estival et l’agitation de la rentrée scolaire. La nuit tombe plus vite et ça nous force à rentrer plus tôt à la maison.

Durant la soirée on fait de petites attisées. J’aime cette chaleur réconfortante de nos maisons. J’en profite pour faire du ménage. Quand j’y pense, c’est comme si je me préparais à hiberner moi aussi! Mais attention : bientôt nous allons être ensevelis sous des montagnes de circulaires et catalogues de toutes sortes, nous allons être happés par la folie commerciale, nous n’en pourrons plus d’entendre les chansons de Noël. Nous saurons que décembre aura commencé, que la quiétude de l’automne cédera le pas au tourbillon de la visite et des repas trop copieux…

Mais bon, j’adore aussi le temps des Fêtes!

Angoisse de pérennité

L’agriculture fait pousser des rêves