Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

Quelques avantages d’acheter sa viande localement

Récemment, nous avons vendu du bœuf à des clients. Ces derniers nous ont posé des questions sur le prix, car évidemment, tout le monde voit bien que le prix du bœuf a encore augmenté. À cet égard, je vous invite à lire l’article d’Evens Gosselin. C’est normal que les gens s’interrogent, car au moment d’écrire ces lignes, une portion de 6% à 7% de la facture d’épicerie du consommateur moyen est dédiée à l’achat de bœuf.

Le prix du bœuf - Agrimom

Toutes proportions gardées, il coûte plus cher d’acheter du bœuf d’un producteur local que dans les rayons d’un supermarché traditionnel. Mais je ne suis pas certaine que lorsqu’on fait le choix d’acheter local ou directement du producteur on comprend bien tout le poids économique et écologique de ce geste. Je vais tenter une explication.

Premièrement au niveau de la traçabilité, acheter directement du producteur permet de savoir d’où provient notre viande et comment elle a été produite. Rappelons-nous aussi qu’au Québec les règles concernant la salubrité et l’innocuité des aliments sont très strictes, ce qui n’est pas le cas de tous les pays qui importent de la viande ici.

Deuxièmement, au niveau de l’occupation du territoire, les productions animales jouent un rôle important dans les régions. En effet, ces entreprises sont présentes et dispersées sur le territoire. De par la nature même de cette activité, la présence humaine est requise et contribue au maintien du tissu social de plusieurs milieux ruraux. Cette présence permet également le maintien de services municipaux, commerciaux et des services publics tels que l’éducation, la santé et les services sociaux.

Troisièmement, acheter du bœuf de production locale ou directement à la ferme fait rouler l’économie et l’emploi. Seulement en Abitibi-Témiscamingue, les 240 entreprises bovines procurent de l’emploi directement à 530 personnes et génèrent des retombées fiscales aux divers paliers de gouvernement de l’ordre de 2,3 millions par année. De plus, ces entreprises, même de taille modeste, ont besoin des services présents dans les petites collectivités rurales. Pensons aux vétérinaires, concessionnaires, garages, meuneries, fournisseurs d’intrants, et j’en passe.

Finalement, l’élevage rend de nombreux services environnementaux. Évidemment, il n’est pas toujours facile d’évaluer la valeur à y attribuer, mais il n’en demeure pas moins que les producteurs et productrices ont à cœur de préserver la qualité de l’eau et la fertilité du sol. La présence de grandes superficies en prairies et pâturages permet d’améliorer la qualité de l’air et de préserver la biodiversité. Trop souvent on oublie qu’outre les animaux, la nature est le principal outil de production des éleveurs. On a à cœur de la préserver et de la transmettre à nos enfants.

En conclusion, lorsque vous achetez du bœuf d’un producteur du Québec vous posez un réel geste en matière de développement durable puisque vous encouragez l’occupation du territoire (social), la protection de la biodiversité (environnement) et l’économie locale. Quand on y pense, ça fait moins mal de payer un peu plus cher!

Quand l'école s'invite à la ferme

Angoisse de pérennité