Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

L’accueil des régions… est-ce que les bottines suivent les babines?

L’accueil des régions… est-ce que les bottines suivent les babines?

Un des sujets dont on parle beaucoup dernièrement est le manque de main-d’œuvre. Les grandes villes s’inquiètent et les régions pleurent depuis déjà un moment les habitants qui les quittent… Mais les villages sont-ils réellement prêts à accueillir tout le monde?

La pénurie de main-d’œuvre se situe dans des domaines précis et si l’expertise du nouvel arrivant est en dehors du créneau recherché, il devra pédaler longtemps pour se tailler une place. Le soudeur et l’ouvrier agricole auront amplement le choix du village qu’ils voudront adopter et on les attend à bras ouverts. Mais, pour celui dont les compétences et les intérêts sont extérieurs au milieu manufacturier et industriel, où sont les ressources pour l’aider à se placer?

Outre le fait que des organismes font un travail extraordinaire pour faire connaître les régions afin d’attirer les jeunes diplômés à venir s’installer chez eux et que certaines personnes au sein des communautés prennent tellement à cœur la revitalisation de leur territoire qu’ils offrent du temps à quiconque souhaite venir s’établir, sur le terrain, dans le bureau du recruteur, l’affaire est tout autre.

Pancarte_Bienvenue.jpg

On parle souvent des régions comme des communautés tissées serrées… parfois tellement serré que lorsque le postulant ne vient pas du coin, à compétences et expériences égales (ou supérieures), comme on ne le connaît pas, on semble ne pas lui faire confiance. Vous êtes un petit qui vous? Il y a beaucoup de candidats pour le nombre de postes et ont choisi très souvent une personne du coin au détriment de l’intrus. Si ce n’est pas l’employeur qui se sent le plus concerné, alors qui comprend et reconnaît les efforts déployés par le nouvel arrivant?

On désire l’arrivée de nouvelles familles, mais on privilégie, inconsciemment ou non, les visages familiers. Il est facile de concevoir que la situation connue est préférée, mais la déception règne dans le cœur de ceux qui ont cru que vous alliez leur faire une place alors que c’est faux. Et lorsqu’en plus le candidat se fait dire qu’il devrait être ‘’chum’’ avec les élus municipaux, que ça aiderait… il faudrait quand même lui laisser le temps d’arriver. Il a choisi de venir s’établir chez vous, faut-il vraiment qu’il aille faire bonne figure au conseil municipal pour se faire lui aussi choisir dans sa nouvelle communauté?

L’intégration en régions n’est pas aussi facile qu’on le laisse présager et on n’attire pas une famille avec un panier de produits locaux… alors serait-ce une piste de solution (parmi d’autres) et une belle occasion de faire une première place aux nouveaux en les intégrant dans des postes temporaires, souvent à temps partiels, fréquemment ouverts par les MRC pour le développement et le lancement de nouveaux projets au sein de la communauté? La réflexion est à faire, mais c’est tous ensemble que nous devons déployer les efforts pour faire de nos régions une place réellement accueillante.

Sandra Verret, Agri-chroniqueuse

Travailleuse indépendante, développement, gestion de projets, communication

Le temps passe vite

Le temps passe vite

Je n’ai pas d’enfant…

Je n’ai pas d’enfant…