Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

Ahhhh la liberté !!!!!

Ahhhh la liberté !!!!!

Chaque année, j’adore ce moment où on sort les taures. Les regarder sortir pour la première fois me rappelle à quel point les premières fois dans une vie sont importantes.

 Lorsque la taure est libérée de son licou, elle observe. Elle observe tout, tout le temps. Elle est confrontée au changement qui fait peur : elle se demande où est son eau, pourquoi la lumière (le soleil) ferme plus tôt et surtout, elle réalise que « ça fait dont ben mal une broche électrique ». Mais est-elle si différente de moi? Comme pour la taure, le changement fait peur! Lorsque j’embarque dans un nouveau projet, je me sens comme la taure qui sort le museau dehors pour la première fois. J’ignore où aller, si je dois avancer, si suivre les autres est sécurisant ou paniquant. Souvent, mon entourage me pousse à me dépasser, alors la taure, de son côté, reçoit un petit coup pour lui indiquer le chemin à suivre.  Elle n’a pas besoin de penser, elle n’a besoin que d’avancer. Plus je regarde les taures et plus je fais des liens avec ma propre vie. J’ai souvent peur d’avancer face à la nouveauté. Je veux l’avis de mes amies pour me rassurer, mais une fois que j’ai le pied en route vers mon nouveau défi, je me sens bien! J’observe mes taures et je les trouve chanceuses de savourer autant leur liberté !

Lorsqu’on les sort, je remarque qu’elles hésitent toutes. Elles font des aller et retour entre le champ et la cour près de l’étable avant de réaliser que la liberté goûte bon. Cette liberté que chacun recherche, que chacun veut garder dans sa vie. Elle ne sait pas dans quoi elle s’embarque, si elle reviendra un jour dans sa ferme, si elle va bien s’entendre avec sa gang. Elle ne sait pas si elle va manger à sa faim comme à l’intérieur où si elle devra constamment se battre pour survivre. Elle ne connaît pas encore la pluie ni le soleil, mais elle fait confiance à son maître. Elle se dit que c’est surement là qu’elle doit aller, car elle n’a pas vraiment d’autres choix. En fait oui, elle a le choix. Elle pourrait rester en petit boule et pleurer, mais honnêtement, je n’ai jamais vu une taure agir comme ça.

La taure dans le champ réalisera que la vie ne se limite pas à ses 2 voisines de box comme à l’intérieur. Soudainement, elle doit fraterniser avec plein d’inconnues. Elle n’a jamais été aussi proche des autres qu’aujourd’hui à l’extérieur. Je la trouve courageuse moi cette taure-là, parce qu’on va se le dire, passer un été dehors avec une gang de filles qu’on ne connait pas, ça ne doit pas être évident. Sans compter les prises de bec (de museau) et les chicanes de têtes fortes qui se passeront dans le pâturage.

Finalement, elle accepte de vivre dans un autre environnement, parce qu’elle se sent bien, libre de courir et faire ce qu’elle veut. Ainsi va la vie de madame la taure...jusqu’en octobre où elle retournera dans ses pantoufles.  

J’aurais voulu qu’on me dise…

J’aurais voulu qu’on me dise…

L'été de mes 12 ans!

L'été de mes 12 ans!