Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

Le 25 juin dernier, Agrimom a fêté ses 3 ans sans tambours ni trompettes !!

Le 25 juin dernier, Agrimom a fêté ses 3 ans sans tambours ni trompettes !!

Lorsque nous avons créé ce blogue il y a 3 ans, nous ne trouvions rien qui parlait d’agriculture de façon positive et plus humaine. Trois ans plus tard, avons-nous atteint notre objectif? Et bien, pour être honnête, nous n’avions pas d’objectif, si ce n’est que de faire connaître les agricultrices et agriculteurs.

Parfois l’Agriculture est houspillée de tout côté. Soit nous ne sommes pas assez végan ou pas assez écolo ou encore nos animaux sont sources de tout maux. Mais faut pas oublier que la perfection n’existe pas et que derrière le mot Agriculture il y a des femmes et des hommes qui travaillent de passion qui font de leur mieux leur travail.

En les lisant, les gens prennent connaissance qu’il y a une Geneviève, une Émilie, une Cynthia ou bien encore une Hélen qui travaille l’agriculture !! Ce sont les mêmes qui vont à la pharmacie ou l’épicerie ou vous travaillez.

Nous recevons souvent des messages nous remerciant de leur avoir fait prendre conscience que en fait les agricultrices et agriculteurs sont des gens comme les autres qui travaillent de leur mieux à faire de l’agriculture. Nous pouvons donc dire, objectif atteint!

C’est donc pourquoi ni tambour ni trompettes furent sorti le 25 juin dernier! Car ce n’est pas nous qu’il faut célébrer les fondatrices d’Agrimom, mais bien toutes ces femmes (et quelques hommes 😉) qui écrivent pour faire connaître l’envers du décor celui que nous ne voyons pas sur internet ou à la télé

Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles personnes pour écrire car sans vous Agrimom ne serait pas ce qu’il serait, sans vous, nous oublierions que dans chaque ferme se cache un humain extraordinaire qui mérite qu’on s’y attarde et que nous apprenions à connaître.

Suis-je encore Agrimom

Suis-je encore Agrimom

J’aurais voulu qu’on me dise…

J’aurais voulu qu’on me dise…