Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

Agriculture, je t’ai souvent dit non.

Agriculture, je t’ai souvent dit non.

Ma mère a acheté ses premières terres à l’âge de 18 ans, quelques années avant de rencontrer mon père.

J’ai donc toujours baigné dans le monde agricole. Mes souvenirs les plus lointains impliquent mes joues rougies par le froid, barbouillées de céréales au retour du train matinal. Mon frère et moi débarrassés de notre suit d’hiver, mais toujours en pyjama, et ma mère qui prépare son premier café de la journée.

À l’époque, en tant que fille - dernière de famille - dont le grand frère raffole des tâches les plus ingrates liées à la ferme, je n’ai pas besoin de m’y intéresser beaucoup. Je peux vaquer à mes occupations pendant que mon frère sert de helper. Quand on parle d’agriculture à table, je me renferme. Mon attention se concentre sur mes pensées et mes réflexions, à des années-lumière de la ferme.

Mais, quelques années plus tard, assise dans le kiosque à maïs qui m’accompagne dans mes vacances d’été, je regarde passer les tracteurs. Je m’intéresse pas mal plus aux conducteurs qu’aux machines (adolescence oblige…), mais tranquillement, sans le vouloir, j’apprends à reconnaître les différentes marques. Je commence à reconnaitre les types de cultures. Je pose des questions lors des soupers. J’apprends.

À peine majeure, je me cherche. Je veux faire mes propres choix et suivre mon propre chemin. Pourtant, j’ai les larmes qui me montent aux yeux dans le bureau de ma conseillère en orientation lorsqu’elle me lance : « Tu sais, je ne te sens pas prête à faire une croix définitive sur l’entreprise familiale. »

En effet.

Fast forward à aujourd’hui, sept ans plus tard. Je quitte un emploi dans mon milieu d’étude – à mille lieues de la ferme. Un emploi bien payé. Un emploi métro-boulot-dodo. Sécure et protégé. Mais où je me sentais complètement décalée.

J’ai fait des expériences, j’ai acquis des aptitudes, je me suis cherchée souvent et je me suis trouvée tout autant.

Mais au fond de moi, je n’ai jamais réussi à comprendre comment troquer une enfance boueuse, mais-heureuse contre une vie trop-propre-et-malheureuse.

Agriculture, je dois t’avouer que tu as été convaincante : je n’en pouvais plus de te dire non.


La chasse aux sorcières!

La chasse aux sorcières!

Je m'ennuie de m'ennuyer

Je m'ennuie de m'ennuyer