Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

29+10 (lettre à toi mon ami)

29+10 (lettre à toi mon ami)

29 ans c’est trop tôt, pour cela, nous avons toujours été d’accord.

Aujourd’hui par contre, ça fait 10 ans que tu es parti, 10 ans qu’à chaque année, le 16 janvier, je prends un temps de recul pour te dire aurevoir une fois de plus. 10 ans qu’à la question à savoir si le trou que tu as laissé dans ma vie a été patché, 10 ans à me dire que oui, mais qu’une patch, ce n’est pas comme un tissu neuf. Ça fait la job, mais ce n’est jamais pareil comme avant.

Nous étions les amis les plus improbables; l’intello à lunettes et la hippie qui sent le patchouli, beau match … Mais, mon Dieu que tu as su, mon Dieu qu’on s’est tout dit, mon Dieu qu’on a ri … Justement, parlons-en de lui, lui as-tu demandé à Dieu, s’il existe, pourquoi on meurt du cancer à 29 ans? Pourquoi on n’aura pas eu le temps de voir la fille, avec qui je t’avais dont bien matché descendre l’allée en grande robe blanche? Pourquoi je n’ai pas pu te crier au téléphone que je l’avais enfin eu mon fameux contrat? Pourquoi tu seras plus là pour trinquer avec tes chums une victoire du Canadien?

C’est parce que tu es le seul à connaitre la réponse que je n’ai eu d’autres choix que de trouver les miennes, que je n’ai pas eu le choix d’apprendre et de grandir, sans toi. Je n’ai pas eu le choix de tirer une leçon de la vie, la plus importante; celle qui te fait comprendre que la vie c’est maintenant, pas demain, pas dans un an, pas dans dix ans; maintenant! La vie faut mordre dedans fort et surtout ne pas attendre d’avoir fait le tour du verger avant de profiter de ses fruits.

Oui, faut plonger, faut se lancer, oui, on va se casser la gueule parfois, ça oui, tu le sais. Mais on va se relever, parce que sans ça on n’avancera pas. Je le comprends d’autant plus en ce 10e anniversaire de ta mort où, coïncidence certes, j’ai reçu une belle grosse claque de la vie.

Mais je vais continuer, pour toi, pour moi, pour nous deux mon ami, et pour tout ceux qui t’ont connu. Mais surtout parce que j’ai la chance que tu n’as pas eue d’avoir encore tout un verger de belles pommes à croquer.

Tu es parti, et avec toi j’ai appris, et à cause de toi j’apprends encore, même si tu n’es plus là.

Fierté de grand-père

Fierté de grand-père

Rencontre sucrée version 2.0

Rencontre sucrée version 2.0