Agrimom.jpg

L'agriculture positive!

Bienvenue sur le blogue d'Agrimom!

J’aime la complexité, donc pourquoi pas la production sur petite surface?

J’aime la complexité, donc pourquoi pas la production sur petite surface?

La production sur petite superficie est tendance et en augmentation. Mais, pourquoi est-ce que de plus en plus de producteurs se dirigent vers ce type de production? Je ne peux répondre pour tous, mais je peux vous parler de mon expérience personnelle…

Tout d’abord, en achetant notre ferme, nous ne savions pas quels légumes pousseraient bien dans nos champs. Les premières années, nous avons donc fait des tests de variétés et de cultivars pour voir lesquels poussaient le mieux sur notre terre et lesquels se vendaient mieux. Très rapidement, nous nous sommes rendus compte que nous étions bons dans plusieurs légumes et que nous aimions le défi de produire tout ce beau monde en même temps.

Deuxième constat, pour vendre aux distributeurs il faudrait se mécaniser pour produire sur de grandes superficies, avoir des entrepôts, aménager d’autres salle de lavage, prévoir de plus gros volumes de production, pouvoir fournir à l’année. Cela nécessite donc des investissements importants!

N’étant pas relève d’agriculteur, notre crédibilité au niveau des prêteurs était plutôt faible. On nous répondait : « vous n’avez pas de machinerie, pas de contrat, pas de bâtiment, le marché du légume est risqué». Nous avons donc décidé de bâtir notre entreprise tomate par tomate, selon notre temps et notre énergie tout en continuant à travailler à l’extérieur de la ferme. La solution de cultiver sur petite surface nous permet donc d’accroître notre entreprise sans avoir l’impression de s’étouffer sous les dettes. Nous misons sur des produits frais et de qualité. L’option du marché de proximité était l’avenue la plus simple dans notre situation, mais ce n’est pas la plus facile! Il y a peu d’outils mécanisés pour petites superficies, donc cela prend de la main d’œuvre pour désherber et récolter. De plus, nous produisons plusieurs variétés de légumes, il faut donc uniformiser le plus possible la régie de cultures : rangs de la même grandeur pour faciliter le désherbage, maximiser les espèces de cultures similaires pour faciliter l’utilisation des filets, des traitements, compagnonnage tout en faisant des rotations! Il faut donc maîtriser les notions de maladies, d’insectes nuisibles, de récolte, d’engrais spécifiques pour chaque culture! Mission réussie pour notre entreprise!

Chat pas de bon sens!

Chat pas de bon sens!

Sur ma route

Sur ma route